Ludovic Burel : Waterfall

32 pages. Piqûres métal. 16 photographies noir et blanc.
Format : 200 x 300 mm. Design : Regular.
Isbn : 978.2.917053.05.8. Prix public : 4 euros. Sortie : 2008.
Acheter l'ouvrage.


Après le succès de Page Sucker n° 1 — Skull (épuisé), Page Sucker reparaît sous la forme d’une brochure de 32 pages, au format magazine, contenant chacune 16 images collectées sur Internet via un mot clé unique. Le choix du mot clé détermine, faut-il le préciser, le « look and feel » de chaque numéro en matière de trame, de couleur, de papier, etc. Par ailleurs, le lancement de chaque numéro aura dorénavant un caractère événementiel. En l’occurrence, c’est à l’occasion de l’invitation faite aux éditions it: de présenter leurs ouvrages au Festival international du graphisme de Chaumont (2007) qu’est paru ce numéro Page Sucker, Waterfall. Cette série de Waterfalls s’incrit dans la lignée des images pop éditées par Ed Ruscha (A Few Palm Trees, 1971) ou encore, plus proches de nous, des Posters (1976) de Hans Peter Feldmann. Conventionnellement poétiques (confer le topique littéraire du locus amoenus, du « lieu amène »), chacune de ces cascades, déclinées en une
ou plusieurs images, proviennent d’un même site, le Parc naturel du Yosemite, Nevada, États-Unis.

Artiste, éditeur et réalisateur, Ludovic Burel vit et travaille à Paris et Grenoble. Il a coassuré, de 2000 à 2005, la direction artistique de la revue de culture politique Multitudes. En 2007, il a réalisé, en collaboration avec Noëlle Pujol, un film documentaire intitulé Rien n’a été fait (vidéo, 39’). En 2008, en collaboration avec Isabelle Prim, Pas tout (vidéo, 25’), le deuxième volet de cette trilogie filmée clandestinement dans une entreprise du secteur reprographique en fin de vie. Non rien (2009), le troisième et ultime épisode de cette saga familiale est en cours de réalisation.