Sign in / Join

Escare : le traitement, la prise en charge, la prévention

Les escarres sont des plaies assez profondes qui surviennent généralement chez les personnes âgées qui sont alités ou qui sont assises de façon prolongée mais pas que. Elles peuvent également s’observer chez les jeunes  atteints de problèmes neurologiques. S’il est bel et bien possible de prendre en charge ce mal, il faut préciser qu’il existe plusieurs moyens pour prévenir et traiter efficacement ce mal. Tout savoir sur les escarres dans cet article.

Une escarre : c’est quoi ?

On désigne par escarre, une lésion plus ou moins profonde sous la peau. Elle est liée à une compression prolongée et trop poussée entre deux plans durs. Autrement dit, il s’agit d’une lésion cutanée d’origine ischémique qui est liée à une grande compression des tissus mous entre un plan dur et les saillis osseuses.

A lire également : Les fondements d'une éducation parentale solide pour l'épanouissement de l'enfant

S’il est vrai que cette pression prolongée engendre la suppression de la circulation du sang, il faut dire qu’elle entraîne aussi une nécrose ou une mort de la peau. Cette pathologie se localise le plus souvent sur le haut des fesses encore appelé le sacrum et sur les talons. Elle apparaît également sur d’autres points de pression tels que le bas des fesses appelé ischions, les trochanters, les malléoles et l’occiput.

Par ailleurs, il est possible de distinguer trois types d’escarres. La première communément appelée escarre accidentelle est généralement liée un trouble passager de la mobilité ou de la conscience. La seconde escarre est neurologique. Elle est la conséquence d’une pathologie chronique à caractère motrice ou sensitive. La troisième escarre quant à elle, est plurifactorielle.

Lire également : Les jeux de société : une expérience familiale alliant plaisir et apprentissage

Escarre : quelles en sont les causes ?

Les escarres peuvent avoir trois principales causes. Il s’agit des causes traumatiques, des causes neurologiques et des causes polyfatorielle.

Les causes traumatiques.

Le premier facteur constituant une cause des escarres reste et demeure les traumatismes. On pourrait citer à titre illustratif une personne âgée qui chute et reste au sol pendant longtemps. Le traumatisme peut également être d’origine iatrogène. Ce sont des traumatismes qui surviennent après un soin. Il s’agit par exemple d’un saignement au pieds, causé par une bande trop serrée.

Les causes neurologiques

Les causes dites neurologiques sont le plus souvent liées à la perte presque complète de la capacité à se déplacer, à mouvoir avec comme corollaire l’incapacité à exprimer un désir de changer sa position. Elles sont également liées à la perte de la sensibilité chez la personne atteinte. Nous pouvons citer à juste titre le cas des blessés médullaires et des personnes âgées souffrant de troubles cognitifs.

Les causes polyfactorielles

Ces causes prennent en compte plusieurs facteurs à savoir :

  • L’incapacité à se lever de son fauteuil ou de son lit ;
  • L’incapacité à dire qu’on n’est pas confortablement installé ;
  • La dénutrition.

Les escarres : comment se fait la prévention ?

Il est bel et bien possible de prévenir les escarres. Il suffira juste de mettre en place une série de mesures de prévention aussitôt que vous découvrez des signes pouvant représenter des facteurs de risques. Ces mesures visent, en effet, à éviter la survenue de nouvelles escarres chez une personne déjà porteuse de la maladie. Mieux, elles peuvent aussi s’appliquer à tout patient dont l’état de la peau est intact mais estimé à risque. Il s’agira surtout :

  • D’identifier les facteurs de risques et surveiller les zones à risques ;
  • De bien faire les soins de siège en gardant la peau propre et sèche ;
  • De faire une toilette générale et soignée ;
  • D’opter pour la mobilisation régulière en changeant surtout de position régulièrement.

Les escarres : comment les traiter ?

La prise en charge des escarres est à la fois longue et difficile. Les différentes mesures qui sont prises à ce niveau consistent à soulager la pression au niveau des escarres. On procède également au nettoyage des plaies, au contrôle de l’infection. On veille aussi et surtout à l’adoption d’une bonne alimentation.

Le traitement quant à lui peut se faire suivant plusieurs processus. Il peut s’agir d’un traitement chirurgical, d’un traitement des douleurs. Il est également  possible d’opter pour un traitement local ou pour un traitement local par Pression Négative.

Les différents stades de l'escarre : comment les reconnaître ?

Les escarres sont des plaies cutanées qui se manifestent chez les personnes ayant une mobilité réduite ou étant alitées. Elles peuvent apparaître sur différentes parties du corps et évoluer en plusieurs stades.

Le premier stade de l'escarre est caractérisé par une rougeur de la peau, souvent accompagnée d'une douleur localisée. Cette zone rougie peut rester quelques heures voire quelques jours avant d'évoluer si aucune mesure n'est prise.

Si rien n'est fait pour soulager la pression exercée sur cette zone, l'escarre passe au deuxième stade où la peau commence à s'éroder. Des bulles remplies de liquide peuvent aussi apparaître à ce niveau.

Au troisième stade, les couches sous-cutanées commencent à être touchées et cela devient alors plus grave car cela engendre un risque accru d'infection. À ce niveau-là, le traitement doit être pris très au sérieux afin que l'escarre ne progresse pas davantage.

Le quatrième stade correspond aux dégâts tissulaires considérables atteignant tous les niveaux de la peau, comme les muscles et même jusqu'à l'os. Ce cas ultime nécessite généralement une intervention chirurgicale pour éviter toute propagation bactérienne ou autre infection mortelle.

Les complications possibles des escarres : comment les éviter ?

Au-delà de l'infection, il peut aussi y avoir une nécrose cutanée, c'est-à-dire la mort des tissus de la peau. Cela se produit lorsque les cellules ne reçoivent pas suffisamment d'oxygène et de nutriments en raison de la pression continue exercée sur la zone touchée. Il faut savoir que cet ulcère peut être dû à plusieurs facteurs tels que l'hypertension artérielle, le diabète ou l'alcoolisme.

Pour prévenir ces complications, il existe des mesures simples à prendre telles que changer régulièrement de position pour réduire la pression sur les zones touchées. Les professionnels de santé peuvent aussi recommander l'utilisation de coussins spéciaux pour soulager les points de pression. Il faut veiller à maintenir une bonne hygiène corporelle afin d'éviter toute infection éventuelle et consulter un professionnel immédiatement si des signaux anormaux apparaissent.

Bien qu'il soit essentiel d'être vigilant quant aux escarres lorsqu'on vit avec une pathologie nécessitant beaucoup d'immobilité ou chez certaines tranches d'âge fragilisées comme nos aînés dans leur grand âge, ces dernières sont évitables avec quelques gestes simples au quotidien. En cas de complications avérées, rien ne remplacera le conseil médical.